1986 – 2017 !  31 ans que Garlin propose au moins une novillada dans la temporada.

Les choses ont bien changé, chaque édition ayant permis d’évoluer, de « grandir », d’asseoir une réputation pour devenir une plaza respectée du monde taurin français et même international.

Un petit rappel de quelques dates s’impose :

1986 : le Comité des Fêtes accepte la proposition de Sud-Ouest Toro, association présidée par Olivier Martin et à laquelle appartenait déjà Jean Gilbert, d’organiser à ses propres frais une novillada en nocturne le samedi des Fêtes.

1987 : la Novillada du Samedi en nocturne est pris en charge financièrement  à 50% par le Comité des Fêtes.

Parallèlement, une douzaine de copains a l’habitude de se rendre régulièrement dans les arènes du Sud-Ouest, notamment à Bayonne (pour voir les terribles toros de « Fraïle ») d’où nait l’idée de réactiver le club taurin garlinois mis en sommeil depuis la fin des années 50.

1988 : Création de la Peña Taurine Garlinoise qui « plante » sa bodega devant le Crédit Agricole. Une petite centaine de repas sera servie et une participation sera versée au Comité des Fêtes.

Le Comité des Fêtes prend en charge seul le risque financier, Olivier Martin et Jean Gilbert restant conseillers techniques. La Novillada est programmée en fin d’après-midi.

1992 : Création du Trophée Joseph Peyré remis au triomphateur de l’après-midi. Marcos Sanchez Mejias est le premier vainqueur.

1993 : La Peña Taurine devient co-organisatrice et participe au financement à 50% avec le Comité des Fêtes.

Premier lot de toros importé d’Espagne (Guadiamar).

1994 : Javier Conde

1995 : José Tomas et une extarordinaire novillada… sans une seule oreille. Le Trophée Joseph Peyré est attribué au ganadero Pepe Murube.

1996 : Morante de la Puebla et Antonio Ferrera

1997 : Corrida mixte avec Pablo Hermoso de Mendoza (rejoneador), Javier Conde (matador) et Rafael Cañada (novillero).

1999 : Juan Bautista, El Fandi et Sébastien Castella.

2000 – 2001 : des Juan Pedro Domecq à Garlin ! avec Salvador Vega, César Jimenez, Julien Lescarret…

2002 : Première Novillada de Printemps pour l’inauguration de la rénovation des arènes. Découverte des Fuente Ymbro.  Trophée Jeannot Ducos au triomphateur de la tarde attribué à César Jimenez.

2003 : Fernando Cruz débute sa moisson d’oreilles garlinoises (10 oreilles et une queue en 3 participations).

2004 : Indulto d’Idealista, toro de Fuente Ymbro par Fernando Cruz.

2005 : Mehdi Savalli et d’excellents Toros-Novillos de Gallon, élevage qui sera répété à 3 reprises.

2007 : Découverte des toros de Conde de Mayalde

2009 : Juan del Alamo coupe deux oreilles et la queue d’un toro de Joselito dont le lot est  excellent. Il effectuera au total 5 paseos « garlinois » en piquées après sa présentation en France « sans chevaux » en 2008 : le record tient toujours !

2011 : Initié au coin d’un comptoir, le projet de Novillada goyesque voit le jour pour commémorer le bicentenaire de la tauromachie garlinoise. En effet, en 1811, pour la naissance de son fils le Roi de Rome, Napoléon  incite les maires à organiser des fêtes et autorise même les courses de taureaux.

2011 : fait insolite pour la novillada des Fêtes : les trois novilleros initialement prévus étant blessés, le cartel est totalement renouvelé.

2013 : Découverte de l’élevage de Pedraza de Yeltes alors totalement inédit en France. La collaboration dure encore maintenant après cinq novilladas et fiestas camperas matinales….

2014 – 2015 – 2016 : l’Amérique du Sud conquérante : les péruviens Joaquin Galdos et Andrès Roca Rey puis le mexicain Luis David Adame (frère de Joselito) s’imposent face aux européens.

2016 : La Peña Taurine Garlinoise organise seule la JournéeTaurine de Printemps.

 

Voilà rapidement un retour sur image de la construction de la notoriété actuelle de notre arène. Un grand merci à tous ceux qui, de près ou de loin, en leur temps, ont contribué à cette réussite qu’il convient  désormais de perpétuer.